La preuve du Paradis

Eben Alexander est neurochirurgien et enseigne à l'université de Virginie.  Une N.D.E (Near Death Experience) a radicalement changé sa vie et transformé le regard empli de rationnalisme qu'il portait sur le monde du fait de son activité professionnelle.

Cet ouvrage, bien que assez différent, est à mettre en relation avec l'expérience d'une autre neurobiologiste, Jill Taylor, qui fut victime d'une attaque cérébrale et explora, de fait, la manière inclusive et sans paroles qu'à l'hémisphère droit du cerveau pour appréhender la réalité.

  • Broché: 240 pages
  • Editeur : trédaniel; Édition : 2013 (1 mars 2013)
  • Collection : ARTICLES SANS C
  • Prix : 18 €

Pour commander vous allez être redirigé vers Amazon La Preuve du paradis

 

0

Voyage au-delà de mon cerveau

Jill Bolte Taylor est une neurobiologiste américaine qui fut "victime" d'une attaque cérébrale. Dans cette vidéo remarquable, elle raconte comment elle est revenue de cette épreuve et surtout à quel point cela lui a permis de concevoir notre réalité d'une manière totalement nouvelle.

 


Jill Bolte Taylor, sous-titre français

0

Les Métamorphoses (Ovide)

L'une des sources sur la mythologie grecque… que l'on ne présente plus ! J'ai toujours été frappé par la beauté du style de l'écriture.

Pour commander vous allez être redirigé vers Amazon : Les Métamorphoses

 

  • Poche: 620 pages
  • Editeur : Folio (25 septembre 1992)
  • Collection : Folio Classique
  • Prix : 20 €
0

Mythologie grecque, yoga de l’occident

Cet ouvrage écrit par Claude de Warren propose une lecture originale et très symbolique de la mythologie grecque. Celle-ci en son entiers représente en fait la description d’un parcours spirituel avec ses obstacles, ses processus, les archétypes rencontrés et les différents plans de conscience explorés. Soucieux de précision l’auteur, qui est intervenu à l’université du symbole, reprend l’alphabet grec et le sens symbolique de chaque lettre afin de mieux comprendre le nom des dieux, ces acteurs du monde du sens. L’ouvrage se termine par une généalogie très documentée des filiations divines, ce qui permet de les relier aux différents plans de conscience tels qu’ils sont décrit par Sri Aurobindo dans ses Lettres sur le Yoga.

Pour commander vous allez être redirigé vers Amazon : Commander : Mythologie grecque, yoga de l'Occident : Tome 1

 

  • Editeur : Editions de Midi - Cépaduès (8 janvier 2013)
  • Collection : Secrets des maîtres
  • Prix : 42 €

 

Liens vers les deux autres volumes :

Mythologie grecque yoga de l'occident: Tome 2

Mythologie Grecque Yoga de l'Occident - Tome 3

 

0

Jonathan Livingston le goéland

Jonathan Livingston le goéland (Richard Bach)

Il est sans doute inutile aujourd’hui de présenter le célèbre ouvrage de Richard Bach qui conte l’histoire d’un goéland des plus ordinaires qui veut apprendre à voler mieux et plus vite que ces congénères. Ses parents et tous ceux de son clan l’incitent à se comporter comme tout bon goéland qui vole seulement pour se nourrir. Mais le besoin de voler toujours plus haut, toujours plus vite, est irrésistible chez Jonathan Livingston. Pour cela, il sera chassé de son clan, condamné à une vie d’exclu solitaire. Jonathan Livingston finira pourtant par gagner et par prouver qu’un goéland est l’image de la liberté sans limite.

Si l’histoire de ce goéland est devenue un succès littéraire mondial c’est sans doute qu’elle nous rappelle un des besoins urgents de notre âme : nous libérer de nos peurs pour dépasser nos limites.

 

 

 

 

 

 

 

  • Poche: 123 pages
  • Editeur : Editions 84 (22 février 2000)
  • Collection : J'ai lu Roman
  • Prix : 3 €

Pour commander vous allez être redirigé vers Amazon : Jonathan Livingston le goéland

0

Le mystère de Perrière les chênes

Le mystère de Perrière les chênes (Paul Bouchet)

Imaginez, chers amis, que le facteur vous remette une lettre postée bien avant votre naissance et qui a mis plus de trente ans à vous parvenir. Après cela, vous ne pourrez plus médire des services de la poste.

Votre première stupeur passée vous prenez connaissance de ce mystérieux courrier et vous apprenez qu’on vous demande à Perrière les Chênes, sans tarder. Seulement voilà, vous avez juste un petit problème à résoudre : Perrière les Chênes, n’existe sur aucune carte de France, pas même sur celles d’état-major. Pour votre compagne ce n’est pas un problème, le plus simple c’est de s’y rendre sans se poser de questions. Il suffit, comme indiqué dans la lettre, de prendre le bus à Dourdan et puis après, …et bien après c’est une fabuleuse aventure qui va emmener Paul et sa compagne au cœur des mystères celtiques. Un régal pour le cœur.

  • Broché: 288 pages
  • Editeur : Télètes (3 septembre 1999)
  • Prix : d'occasion

Pour commander vous allez être redirigé vers Amazon : Le mystère de Perrière-les-Chênes, tomes 1 et 2

0

Christian Bobin

Cette page est consacrée aux ouvrages de Christian Bobin qui, par sa fraicheur spirituelle et sa poésie contribue sans nul doute au réenchantement du monde.

Christian BOBIN est l’auteur d’ouvrages dont les titres s’éclairent les uns les autres :

« Souveraineté du vide, Eloge du rien, le très Bas, la plus que vive, la présence pure, la lumière du monde, la femme à venir… ».

Je sais peu de choses de lui et c’est tant mieux. Ce que l’on sait de quelqu’un empêche de le connaître et ce que l’on en dit empêche de le voir. Pour le comprendre il suffit d’imaginer quelqu’un qui deviendrait tout ce qu’il voit.

Voici quelques extraits des œuvres qui ont le plus émerveillé mon âme.

 

 

 

 

Le Très Bas

La grandeur de Dieu est dans les choses simples.

51D681C2JML._SL500_

La première chose que nous devrions savoir est que les ânes voient les Anges, et cela ne devrait guère nous surprendre. Il suffit de voir ces bêtes peu glorieuses, leurs yeux délavés de fatigue et leurs oreilles surtout, leurs pauvres oreilles fanées, à demi cassées, oui il suffit de voir ces sacs d’os et de poils pour comprendre que tant de disgrâce ne peut qu’attirer la grâce surabondante des Anges, aussi nécessairement que l’aimant attire la limaille. La deuxième chose que nous devrions savoir est que la vérité peut fort bien sortir de la bouche d’un âne, et là non plus nous ne devrions pas être étonnés : la vérité ne doit rien à la grandeur supposées de nos fortunes ou de nos esprits.  La vérité tient sa lumière en elle-même, non dans celui qui la dit. Elle n’est grande, quand elle est, que par sa proximité avec la vie pauvre et faible. L’idiot de Nazareth le savait bien, juché sur un ânon aux portes de Jérusalem, sacré roi par la foule, quelques heures avant d’être mis à mort par elle : la vérité n’est jamais si grande que dans l’humiliation de celui qui l’annonce.

  • Poche: 129 pages
  • Editeur : Gallimard; Édition : First Thus (24 janvier 1995)
  • Collection : Folio
  • Prix : ',80 €

Commander : Le Très-Bas

 

Tout le monde est occupé

413WKDRBMYL._SL500_AA300_

Je m’appelle Manège, j’ai neuf mois et je pense quelque chose que je ne sais pas encore dire. Mon cerveau est plié en huit comme une nappe de coton. En huit ou en seize. Dépliez la nappe, voilà ma pensée de neuf mois : d’une part, les coccinelles n’ont pas bon gout. D’autre part, les ronces brûlent. Enfin, les mères volent. Bref, rien que d’ordinaire. Il n’y a que du naturel dans ce monde. Ou si vous voulez, c’est pareil : il n’y a que des miracles dans ce monde.

  • Poche: 114 pages
  • Editeur : Gallimard (juin 2001)
  • Collection : Folio
  • Prix : 4,20 €

Commander : Tout le monde est occupé

 

La plus que vive

41NM59GF68L._SL500_

Tu meurs à quarante-quatre ans c’est jeune. Aurais-tu vécu mille ans, j’aurais dit la même chose. Ton rire me manque. L’automne et l’hiver qui ont suivi ta mort, je les ai occupés à déchiffrer pour toi ce petit jardin d’encre. Pour y entrer, deux portes – un chant et une histoire. Le chant, c’est le mien. L’histoire, je n’en suis que le conteur. Je l’offre à tes enfants, tes 3 vies éternelles. Je les invite à fouler la terre de ce livre, afin de s’emparer d’une lumière qui n’est à personne et dont tu fus la servante exemplaire.

  • Poche: 110 pages
  • Editeur : Gallimard (5 janvier 1999)
  • Collection : Folio
  • Prix : 4,80 €

Commander : La plus que vive

 

La lumière du monde

Il y a une étoile mise dans le ciel pour chacun de nous, assez éloignée pour que nos erreurs ne viennent jamais la ternir.

La fin de notre vie ne coïncide pas forcément avec le jour de notre mort : pour certain elle vient bien avant, mais pour celui qui est vraiment vivant elle ne vient peut-être jamais.

Très peu de vraies paroles s’échangent chaque jour, vraiment très peu. Peut-être ne tombe-t-on amoureux que pour enfin commencer à parler.

 91B0nH4hztL._AA1500_

 

Aimer quelqu’un c’est le lire. C’est savoir lire toutes les phrases qui sont dans le cœur de l’autre, et en lisant le délivrer. C’est déplier son cœur comme un parchemin et le lire à haute voix. Une mère lit dans les yeux de son enfant avant même qu’il sache s’exprimer. Il suffit d’avoir été regardé par un nouveau-né pour savoir que le petit homme sait tout de suite lire. Il dévore le visage de l’autre. Ce qui peut se passer de plus terrible entre deux personnes qui s’aiment, c’est que l’une des deux pense qu’elle a tout lu de l’autre et s’éloigne. Peut-être que chacun de nous est comme une maison avec beaucoup de fenêtres On peut appeler de l’extérieur et une ou deux fenêtres vont s’éclairer mais pas toutes. Et parfois, exceptionnellement, ça va s’éclairer partout, mais ça, c’est extrêmement rare. Quand la vérité éclaire partout, c’est l’amour.

  • Poche: 164 pages
  • Editeur : Folio (30 janvier 2003)
  • Collection : Folio
  • Prix : 6,60 €

 Commander : La Lumière du monde

La femme à venir

Albe dort sans ennui les soirs d’été. Elle épuise les dernières joies de l’heure, la fraicheur de l’air sur le visage, la douceur d’une absence sur les choses, puis elle monte dans sa chambre. Elle marche d’un pas léger sur le parquet. Le bois égratigne les pieds nus, c’est délicieux. Elle grimpe sur le lit, se glisse dans les draps. Elle s’endort dans le champ des étoiles.

51J6WSTB9RL._SL500_

Il y a une méchanceté dans le cœur, si enfoncée qu’on ne pourrait l’enlever sans mourir aussitôt. On appelle ça le désir. C’est un des noms pour dire le sombre comme le clair. C’est un nom  qui dit le sombre dedans le clair. La pensée qui se fige, l’air qui s’alourdit. L’espace qui se resserre. Plus de place, sinon pour deux qui s’apprêtent à se dévorer l’un l’autre. C’est Albe qui prend l’initiative, fait glisser sa robe d’un seul geste. Il n’y a rien en-dessous. Il y a Dieu en-dessous. Dieu et toute la meute des Anges.

  • Poche: 134 pages
  • Editeur : Gallimard (25 août 1999)
  • Collection : Folio
  • Prix : 5,90 €

Commander : La Femme à venir

 

0

La Poésie Future

Traduit de l'anglais, cet ouvrage comprend l'essai The Future Poetry où Sri Aurobindo développe ses idées sur l'art et la vie, ainsi qu'un ensemble de lettres sur la poésie à différentes personnes de son entourage elles-mêmes poètes.

Ce que la poésie de l'avenir nous offrira, nous dit Sri Aurobindo, ce n'est pas un aboutissement suprême ou final dans une direction particulière : c'est une nouvelle et plus haute évolution, une seconde et plus grande naissance des pouvoirs de l'homme, de son être, de son action et de sa création.

 

 

 

  • Editeur : Sri Aurobindo Ashram; Édition : Sri Aurobindo Ashram (1999)
  • Prix : 18,55 €

Pour commander vous allez être redirigé vers Amazon : La Poésie future

0

Laisser flotter le temps pour gagner du temps


Pour gagner du temps, laisser flotter le temps ? Eh bien oui ! Dans le jeu des contraires gagner du temps c’est aussi se laisser gagner par le fleuve du temps. Mais comment ?

Les gros cailloux d’abord

J’aime beaucoup cette histoire. Un jour un consultant très connu se présenta devant une assemblée de cadres de haut niveau pour une conférence. Il s’installa devant son auditoire et, sans mot dire, commença à déballer son matériel pédagogique : un grand vase vide, des cailloux de tailles variées et un broc d’eau. Toujours en silence, il commença à déposer les cailloux les plus gros au fond du vase, puis ceux de tailles intermédiaires et ensuite les plus petits. À la fin du processus, il remplit le récipient avec du sable de manière à ce que celui-ci soit comble. Puis il ajouta de l’eau jusqu’à plus soif. Enfin, il s’adressa à son public de cadres dirigeants et leur demanda ce qu’ils comprenaient de cette mise en scène symbolique. Certains répondirent qu’il fallait optimiser son temps de manière à ne laisser aucun moment vide, d’autres que les détails – le sable – étaient essentiels pour finaliser un projet, d’autres encore qu’il fallait hiérarchiser les tâches, des plus urgentes aux moins importantes, pour atteindre ses objectifs. « Non ! » leur dit-il en substance. « Pour remplir de manière optimale le vase de votre temps personnel il convient d’y déposer d’abord vos gros cailloux ». Et qu’est-ce d’autre sinon ce qui vous tient le plus à cœur ? Ce qui, dans votre vie, vous paraît le plus essentiel ? Penser à ses gros cailloux après avoir rempli son vase de temps d’une infinité d’autres activités plus ou moins importantes risque fort de conduire à ce douloureux constat : « je me suis engagé dans une kyrielle d’activités et de projets, certes intéressants, mais inessentiels pour moi. Et maintenant, lorsque je tente de les introduire dans le vase ils sont trop gros et n’y trouvent plus leur place. Pire : le récipient déborde… »

La découverte de nos « gros cailloux » n’est pas toujours facile, tant il est vrai que les évidences sont parfois les plus difficiles à découvrir, cachées sous la poussière de nos conditionnements intellectuels, culturels, familiaux et professionnels.

Nés de la terre, nés de la nuit

Comment dès lors les repérer, ces pépites de sens qui permettent d’éviter bien des détours et autant de pertes de temps ? Une autre métaphore va nous y aider. Les paysans et les géologues savent bien que le destin des pierres enfouies est de remonter inexorablement vers la surface des terres fertiles, poussées vers le haut par la pression du sous-sol. Dans le monde souterrain, l’Hadès des anciens Grecs, œuvrent des forces obscures et mystérieuses dont la nature et la compréhension n’ont, ici, aucune importance. Il suffit de les laisser œuvrer. C’est pourquoi la nuit est d’un grand secours. Hier soir, comme par exemple pour écrire ce texte, je laissai flotter l’idée « votre meilleure astuce pour gagner du temps ». Le travail de l’inconscient fit le reste.

Non ! Pas de révélation ni de voix qui dictent quoi faire, ni même de rêves éclairants. Rien de surnaturel ! Simplement une disposition d’esprit, une orientation particulière de la conscience, qui est alors prête à agir juste et surtout avec fluidité. Alors le rêveur se fait orpailleur. Du fleuve du temps, qu’il contemple avec patience et détachement, surgissent les éclats d’or de ses pierres les plus précieuses. Il n’aura plus, le lendemain matin, qu’à les passer au tamis de son attention concentrée pour les extraire de la terre, du lit du fleuve du temps où elles dormaient paisiblement.

La préparation à la nuit, en laissant flotter une question dans la conscience, est une invitation à séparer l’essentiel du subsidiaire, non dans le sens d’une efficacité extérieure mais d’une clarification intérieure. L’efficacité extérieure viendra ensuite, naturellement et sans effort.

Toc ou vif argent ?

Comment savoir si un acte, une idée, un projet où une parole est juste ? Combien de temps, en effet, gaspillé dans des efforts et des activités qui augmentent la maya du monde, qui confondent agitation et action, bavardage et parole, élaboration et foisonnement, multiplication du même sous des formes différentes et création !? Bref ! Quels critères avons nous pour savoir si nos gros cailloux ne sont pas de vulgaires blocs d’argiles, friables et encombrants ? Evidemment, il n’existe pas de réponses certaines. En ce qui me concerne deux fils d’Ariane guident mes pas entre la montagne du « trop plein » et le no man’s land du vide, entre un activisme exténuant et un non-agir déprimant. Le premier est un sentiment de joie. Une joie qui vient du cœur. Cette jubilation intérieure signe la justesse. Et la justesse conditionne la réussite. Pourquoi ? Et c’est là le second critère : la confiance dans le monde du mystère. Une action juste, non dans l’absolu mais à un moment donné de notre histoire, est portée par l’univers, « accompagnée par les dieux » diraient les anciens Grecs. Jung et Ira Progoff  parlaient de synchronicitées pour décrire cela. Lorsque notre manière de faire s’accorde avec un besoin de l’univers, alors celui-ci contribue intensément à son accomplissement. Alors il n’est plus besoin de gagner du temps car c’est le temps qui nous gagne. Il nous porte comme le ferait un fleuve avec une barque, en direction du grand Océan, vers cette  Immensité dont nous ne percevons encore à l’horizon que quelques embruns épars.

Alors, quels sont vos gros cailloux ?

Luc Bigé

 

0