Snowden, un symbole révélateur ?

Les démocraties sont fragiles

Snowden inculpé pour espionnage ! Cela ne manque pas de sel pour celui qui a précisément dénoncé l’espionnage massif de la NSA de chaque nation et de potentiellement tous les habitants de la planète !

Espionnage au service de qui ? Et a-t-il essayé de vendre aux plus offrants ces informations ? Cet homme, au contraire, à mit fin à sa carrière, a accepté l’exil à vie puis pris le risque de la maltraitance et de l’emprisonnement simplement pour respecter sa conscience et révéler aux citoyens du monde l’ingérence généralisé de ses employeurs dans la vie privée des personnes. Il faut donc saluer son courage.

Où est la voix de la France, pourtant « patrie des Droits de l’Homme » ? Il ne resterait donc plus que l’Equateur pour défendre la liberté dans le monde ? Nous vivons par ailleurs un symbole historique : c’est la première fois qu’un dissident occidental qui défend les libertés trouve refuge dans les pays de l’Est, Chine puis Russie ! Il n’y a pas si longtemps, à l’époque de Soljenitsyne et de Sakharov, c’était l’inverse.

Je n’ai bien sûr aucune légitimité à écrire ces lignes, si ce n’est celle d’un citoyen inquiet de la tournure que prend en ce moment l’Histoire, et le sentiment encore confus que nous vivons une période cruciale pour les années à avenir.

« L’épisode Snowden » est une jolie illustration des enjeux actuels : un combat essentiel entre les forces de la liberté et les puissances de contrôles. Allons nous laisser les plus paranoïaques d’entres-nous organiser la vie des sociétés et la géopolitique ? Ceci n’est pas sans rappeler un autre épisode douloureux, celui du maccarthysme, entre 1950 et 1954, où l’ennemi n’était pas l’islamiste radical mais le communiste. À l’époque, Albert Einstein dénonça les manœuvres du sénateur Joseph McCarthy comme « un danger incomparablement plus grand pour notre société que ces quelques communistes qui peuvent être dans notre pays », en ajoutant que « ces investigations ont déjà largement miné le caractère démocratique de notre société ». Monsieur le sénateur aurait certainement adoré disposer des immenses pouvoirs de renseignement de la NSA ! Aujourd’hui, hélas, l’histoire se répète, mais avec une technologie moderne et à l’échelle planétaire.

Les démocraties sont fragiles. L’histoire l’a déjà montré en au moins deux circonstances : la prise de pouvoir d’Hitler légitimement élu en 1933 et, dans les années 1990, l’interruption par l’armée algérienne des élections qui étaient sur le point de donner le pouvoir au Front Islamique du Salut. Sans parler du « printemps arabe », cet inespéré espace de liberté où se sont précipités les Frères Musulmans pour imposer leur loi en Tunisie, en Libye et en Egypte.

Néanmoins, réagir aux poussées antidémocratiques par une paranoïa contrôlante fait exactement le jeu des forces que l’on cherche à combattre. Jung appela cela l’énantiodromie. Le chasseur, à force de poursuivre sa proie et d’y porter une attention constante, devient semblable à ce qu’il tente de détruire. Alors la différence devient bien mince entre un totalitarisme d’Etat et  l’action violente d’un groupe totalitaire. Tous deux nient la légitimité de l’autre, et aucun n’est sous le contrôle des citoyens cars ils échappent aux règles les plus élémentaires de la démocratie.

Les démocraties, si fragiles, méritent mieux que Prism ou Echelon qui creusent le lit de ce qu’ils prétendent combattre. Qu’est devenu l’esprit des Lumières, pourtant si fondateur de nos valeurs occidentales ? Jefferson, qui admirait Francis Bacon, Newton et Locke, est-il en train de se retourner dans sa tombe en contemplant la politique de ses successeurs ? Ces hommes, d’une manière ou d’une autre, croyaient au pouvoir du questionnement, de la raison et de la liberté humaine pour comprendre la nature et organiser le vivre ensemble. Or, aujourd’hui, Les forces de contrôle de la vie privée, qu’elles soient technologiques avec les programmes anglais et américains, ou idéologiques avec la montée en puissances des conflits religieux, font admirablement bien leur travail. Est-ce cela que nous voulons ?

Heureusement, lorsqu’un homme comme Snowden se lève, au risque de sa vie et au nom de sa conscience, pour dénoncer l’injustice, il réveille tous ceux qui crurent un instant que la liberté de conscience et les Droits de l’Homme étaient des acquis définitifs de l’Histoire.

Par de-là le personnage, son aventure ne laisse personne indifférent. C’est qu’elle fait écho à une structure mythologique universelle : celle du héros prométhéen qui « trahit » les siens (les Titans puis les Dieux) pour apporter aux hommes un surcroît de liberté et de connaissance. Sa posture est extraordinairement ambivalente car elle entre en résonance avec un l’archétype symbolisé, dans la mythologie grecque, par Prométhée : du point du vue du vieux monde, c’est-à-dire de l’ancien système de pensée, le Titan est un traître ; du point de vue du nouveau monde, tous voient en lui un prophète.

Document lié : 

Crise actuelle et mutation ontologique

Prométhée, la sublime irrévérence

La voie du héros, les 12 Travaux d’Hercule

 

7 Responses to “Snowden, un symbole révélateur ?”

  1. Sabine dit :

    Merci pour votre travail si précis, méticuleux, généreux et universel.

  2. Nadine dit :

    Merci ,
    O combien j’apprécie vos si justes et subtiles présentations de ce qui se jouent…
    et si vous présentez Snowden comme un prophète (et je vous l’accorde sans équivoque), je vous accorde également ET pleinement cette capacité à Révéler…
    Et entre autre, montrer en quoi la science, LA référence absolue et omnipotente, est bien évidemment utile mais aussi quand elle devient inutile et donc abusive, ça rétablit parfaitement l’équilibre et la cohérence qui déserte trop souvent nos esprits,
    Il me plait en effet de concevoir que nous avons la liberté de comprendre, grâce à la science, mais que l’ultime, force l’humilité face à la Nature…
    Merci pour tous vos partages,

    • Michèle Mac Henin Murzilli dit :

      Nadine, je vous dis merci pour votre objectivité. Je suis, tout personnellement, placée devant un fait similaire, par rapport à la Chine qui, malheureusement, cache bien son jeu. Mon fils vient d’être mis en prison, à la place de malfaiteurs qui l’ont escroqué concernant son visa (il vit là-bas et a une excellente notoriété médiatique : sport et cinéma, documentaires, TV, etc…). L’administration et la Police chinoises sont comme partout ailleurs, relativement sourdes aux lamentations d’une personne de bonnes moeurs, honnête et secouriste en plus.
      Je ne conçois pas facilement que l’on puisse, ainsi, abuser de la confiance de quelqu’un qui ne ferait pas de mal à une mouche.
      Merci Nadine. A bientôt.

    • Michèle Mac Henin Murzilli dit :

      Nadine, j’ai oublié de vous dire qu’il y a été deux semaines dans des conditions absolument insalubres, quasi de maltraitance, à la place de quelqu’un qui, lui, aurait été condamné véritablement à trois ans de prison ferme, en Chine !

  3. Françoise dit :

    Bonjour Luc, ce que tu dénonces : le totalitarisme d’état est, de mon point de vue, la résultante de l’esprit des lumières, voir et écouter les travaux de l’historienne Marion Sigaut sur ce sujet. http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/marion-sigaut-les-lumieres-un-35564. C’est toi qui nous a appris comment l’archétype se dégrade quand il s’incarne dans la matière. A mon sens, il y a dans la période dites des lumières un retournement, une densification portant en elle le germe du totalitarisme de nos sociétés.
    J’aimerais tant revenir écouter tes conférences, hélas…
    Fraternellement
    Françoise D

  4. Luc Bigé dit :

    Merci Françoise pour cette analyse. Je n’avais pas pensé à cela. L’archétype de pouvoir et de feu sacré (Pluton) n’a guère été pris en compte, dans l’esprit des Lumières, que comme une révolte contre la tyrannie. C’est sans doute la qualité d’énergie la plus difficile à incorporer : autant penser par soi-même devient de plus en plus possible (intégration d’uranus dans le jargon astrologique), autant l’ouverture du cœur commence-t-elle à se propager (neptune)… mais le processus de métamorphose intérieur et corporel que propose Pluton est projeté dans le monde extérieur sous forme de fanatisme (s’il y a religion) et de domination (s’il y a pouvoir politique). Transformer le monde pour le contrôler est la meilleure manière qu’ai trouvé l’inconscient pour éviter sa propre transformation. Au fond, ce qui caractérise l’esprit de domination, c’est la peur de la mort, l’ultime risque totalement incontrôlable (du moins jusqu’à présent !).

  5. Michèle MacHenin Murzilli dit :

    Oh ! combien j’aime lire des commentaires de ce niveau, lorsque dans la vie quotidienne je côtoie (il n’y a pas de hasard) des petits niveaux dans un monde rural, (et perpendiculairement à cette trajectoire d’âmes, de très hauts niveaux également). Chez nous, un potentiel lié à l’enneigement et l’ensoleillement, le pays dit être richissime, gràce à cette fameuse économie hivernale et touristique, qui semble d’ailleurs exploiter parfois la bêtise humaine). Ces commentaires concernant ce jeune militaire Snowden, me font presque pleurer, devant tant de courage. Pour moi, c’est non seulement un prophète, mais surtout une vraie Lumière qui s’est faite aussitôt absorber par l’Ombre. Nous pouvons prier pour lui. Et c’est cette lutte planétaire qui sévit plus que jamais et que NOUS avons tant de peine à comprendre, dans ce qui peut peut-être paraître si absurde et inutile… puisque tous (gens de pouvoir, gens de religion) vont tous au même endroit, en principe, tout seuls, même les Rois, les Présidents, et les pauvres petits peuples que nous sommes. Oui, oui, rien de bien changé pour le moment dans les mouvements des mentalités, sans parler de l’influence cosmique sur les consciences. Tous ne canalisent évidemment pas les mêmes énergies, et je ne pense pas qu’il y ait vraiment de solution, sauf si l’Ombre se fond radicalement dans la Lumière et disparaît à tout jamais !

Ecrire un commentaire

Propulsé par WordPress · Design par Theme Junkie