Science et astrologie : pourquoi l’astrologie n’est pas une science

Science et astrologie : deux approches complémentaires du réel  ? 

De nombreuses personnes sont parfois surprises voire même intellectuellement choquées, par l’emploi de concepts astrologiques pour décoder la psychologie individuelle, voire des processus historiques. Ces concepts semblent hérités d’un temps où la science n’avait pas encore balayé les errances de la pensée magique. Mais, d’un autre côté, fallait-il balayer l’étude de la médecine parce que les savants du Moyen-Age s’accrochaient becs et ongles aux antiques saignées ?

Débarrassée de ses oripeaux « magiques », que reste-t-il aujourd’hui de ce système de pensée ? Il reste une « astro-logique », c’est-à-dire un langage symbolique avec ses mots et sa grammaire, l’ensemble présentant une étonnante cohérence interne. Ces mots et cette grammaire ne désignent pas des objets, comme le feraient la physique ou les mathématiques, mais ils expriment du sens. On pourrait définir l’astrologie comme une science des concepts, comme un algorithme abstrait qui guide la compréhension et la réflexion du penseur s’appliquant à décoder des significations. Loin de représenter une science du passé nous pensons, pour l’avoir expérimenté, que l’astrologie pourrait devenir dans les années futures un outil d’une importance majeure pour décrire et comprendre les facteurs subjectifs à l’œuvre dans l’édification des formes objectives. Le langage physico-mathématique décrit les lois qui président à la formation des corps physiques, le langage astro-logique rend compte des processus signifiants qui animent ces formes. Pourtant science et astrologie ne seraient-elles pas complémentaires ?

A la lecture de ces lignes l’homme de science ne pourra s’empêcher de remarquer que l’astrologie est une discipline irrationnelle qui n’a, de surcroît, jamais fait la preuve de son efficacité. Sur le premier point nous ne pouvons qu’être d’accord : l’astrologie n’est pas une science rationnelle. Empressons-nous d’ajouter que la science n’a pas le monopole du savoir, et qu’irrationnel ne signifie pas « non-rationnel »[1] mais simplement « en dehors de la rationalité ». Nous pensons qu’il existe une autre logique, une logique symbolique et analogique, qui reste d’ailleurs à construire de manière rigoureuse.

Qu’est-ce qui différencie, en un mot, ces deux modes de pensée ?

La logique cartésienne traite des mécanismes et elle évacue le sens, le facteur subjectif, comme un artefact indésirable; la logique des symboles s’occupe, justement, de ce « sous-produit » laissé pour compte par les scientifiques. La première est une science des formes, la seconde est une science du sens. Qu’il s’agisse de notre histoire ou de l’Histoire, l’une étant d’ailleurs profondément tissée avec l’autre, ces deux facteurs respectivement quantitatif et qualitatif s’avèrent indissociables.

La question de la preuve de l’efficacité du mode de pensée astrologique est en réalité extrêmement controversée. Peut-être est-ce dû en partie aux conflits idéologiques plus ou moins conscients, mais toujours virulents,  qui sous-tendent les débats sur cette question, et pour une autre part au fait que l’astrologie soit à la fois un modèle théorique, un langage, et une technique d’investigation du monde du sens. A ce jour les travaux les plus sérieux qui apportent des éléments de réponses en faveur de l’astrologie sont dus au statisticien Michel Gauquelin (1) et à Suzel Fuseau-Braesch, directeur de recherche au CNRS (2).

L’astrologie n’est pas et ne peut pas être une science. Non pas parce qu’elle serait une vieille superstition héritée de l’obscurantisme du Moyen-Age (défendu à l’époque par les docteurs de la Sorbonne !), mais parce que son champ d’investigation échappe à la méthode scientifiques.

Est scientifique ce qui est mesurable, quantifiable et répétable. Or l’univers de la signification, de la psychologie au sens large par conséquent, n’est pas pondéral. Quel est le poids d’un désir ou d’une émotion ? Le monde du sens est également difficilement mesurable sans réductionnisme outrancier (que penser du fait de réduire un sentiment d’amour à une augmentation de sécrétion hormonale ? Du reste, qui cause quoi ? ). Enfin chaque situation astrologique est unique (les combinaisons des positions planétaires tendent vers l’infini) exactement comme chaque personne est unique. Or que la science ne sait traiter qu’avec des grands nombres (reproductibilité), les évènements rares, et a fortiori uniques, échappent à sa méthode d’investigation.

Si l’astrologie n’est pas une science elle n’en est pas moins un outil de connaissance. Nous ne pouvons évidemment, pour les raisons précitées, le démontrer scientifiquement, même si une approche statistique reste possible. A ce jour le seul élément qui me permette une telle affirmation est le fait de m’être penché sans a priori sur le système astrologique. Je sais aussi que d’autres chercheurs, scientifiques ou non, l’on fait avec la même curiosité impartiale, mais la pression de la pensée dominante est tellement prégnante que beaucoup préfèrent continuer à travailler dans la solitude. Ajoutons que la situation est complexe :  un certain nombre d’astrologues cherchent le bâton pour se faire battre en affirmant un déterminisme astrologique qui est insoutenable ou encore en acceptant de rédiger des « horoscopes » pour les médias. Rappelons que « horoscopes » signifie « regarder l’heure ». Toute « prévision » pour la semaine ou le mois est une triple hérésie : étymologique, philosophique et astrologique.

Signalons enfin que, si on accepte l’hypothèse de la cohérence et de la pertinence de l’astrologie, personne ne sait à ce jour comment ça marche. N’eut-il pas été stupide de se priver des propriétés antalgiques de l’aspirine simplement parce que, même aujourd’hui, personne ne connaît vraiment son mode d’action ?…

Vidéo de présentation de l’astrologie


[1] Il serait trop long, dans un simple article, de développer pleinement ces idées. Nous renvoyons le lecteur intéressé à un précédent ouvrage l’Homme-Réunifié (éditions de Janus).

Ecrire un commentaire

Propulsé par WordPress · Design par Theme Junkie