Introduction à la Mythodologie

Comment réconcilier deux domaines jusqu’ici si adverses : la méthode scientifique et celui qui groupe les autres activités de la pensée : beaux-arts, poésie, mystique et religion ? C’est cette question qu’explore le petit livre de Gilbert Durand, qui a fondé l’Association Internationale de Recherche sur l’Imaginaire. Disciple de Gaston Bachelard il s’efforce comme lui de relier l’imaginaire poétique avec la rigueur scientifique pour explorer le monde du sens. C’est donc à un dépassement du rationalisme que nous invite l’auteur. Il développe six phases par lesquelles un mythe crée l’histoire, que l’on peut facilement ramener au processus cyclique de manifestation de l’Idée telle qu’elle est décrite par les cycles astrologiques (cf. « vers un modèle astrologique de l’histoire »). L’histoire du mouvement Franciscain et du Romantisme appuient la démonstrations. Cet ouvrage nous introduit vers une métahistoire fondée sur le mouvement des archétypes qui organisent l’inconscient collectif. Il montre que le passé n’est pas un « objet » défunt, mais le fantôme d’une organisation vivante et sensée qui, un temps, imposa sa vision à la réalité.

 517ZCdTY48L._SL500_

« Non pas que la divinité intervienne de l’extérieur par une spontanéité théologique comme dans le devenir hégélien, marxiste ou spenglérien, mais en ce sens que le numineux d’un mythe peut se trouver réactivé, retrempé, exacerbé, et qu’il fait alors galoper l’histoire, grâce à une personnalité qui à l’intuition ou l’intelligence du mythe pertinent à la société et au kairos donnés. Tels furent, en leur temps, Alexandre, Auguste, Jeanne d’Arc, Napoléon, Lénine – et peut-être Hitler. S’ils ne furent pas toujours le « nom du fleuve », ils en furent au moins le « confluent » décisif. Certes, ils le furent avec plus ou moins de bonheur, je veux dite par : avec plus ou moins d’ouverture et d’intelligence à la pluralité des mythes constitutifs d’une société. A cet égard l’étroitesse d’un Hitler et son obsession du mythe de la race ainsi que sa haine du juif sont aux antipodes de Napoléon Bonaparte qui, à peine Premier consul, a eu ce mot sublime d’intelligence : « je veux tout assumer, de Clovis à Robespierre ». C’est que, précisément, une société doit admettre le pluralisme des rôles – donc des valeurs – garant de la pluralité des mythes.»

Commander : Introduction à la mythodologie

Ecrire un commentaire

Propulsé par WordPress · Design par Theme Junkie