La chair des ange – la nourriture pranique

Xavier Yvanoff explore et recense dans son ouvrage une chose d’une grande importance sur les plans scientifique, spirituel et biologique mais dont on parle peu en raison de son étrangeté pour la raison : les phénomènes corporels du mysticisme. Corps lumineux et imputrescibles plusieurs mois, voire années, après la mort du sujet ; lévitation – on connaît en occident ce phénomène par la vie de Padre Pio (1887-1968) ; transverbération ; stigmates et autres phénomènes physiques. Outre le recensement, l’intérêt de cet ouvrage consiste en son ouverture à toutes les formes de spiritualité, il montre l’universalité de ces phénomènes quelques soient les systèmes de croyances. Un chapitre est notamment consacré à ce que nous appelons aujourd’hui le « respirianisme » : la capacité que développe certaines personnes de vivre sans nourriture physique (voir les entretiens sur Suprême masterTV et ces deux autres ouvrages : La nourriture pranique : Un autre chemin vers la spiritualité de Henri Monfort, et Se nourrir de lumière – L’expérience d’un scientifique par Michael Werner).

Toutes ces expériences corporelles, plutôt que d’être rejetées en bloc comme un tissus de superstition par une raison incapable de les appréhender, ne devraient-elles pas , au contraire, ouvrir immensément le champ de la réflexion sur la nature et le rôle de l’homme dans l’économie de la Nature ?

Chair des anges

« Cette manière d’être nourri d’une façon miraculeuse, par la manne céleste, par la main de Dieu ou de ses anges, très présente dans l’hagiographie chrétienne, se retrouve aussi dans la tradition islamique, dans la tradition soufie. On racontait qu’Aboû Mohammed Rouyam, saint musulman du IXe siècle, fut nourri d’une façon miraculeuse jusqu’à vingt ans. Dès qu’il souhaitait manger quelque chose, il lui suffisait de le désirer pour qu’aussitôt « cette nourriture se trouvât à sa disposition sous l’effet d’une puissance mystérieuse ».  C’est sans aucun doute à un tel miracle que fait allusion le soufi Bayezid  lorsqu’il dit qu’il est resté pendant quarante ans sans manger la nourriture des hommes. Il est vrai que ce soufi pratiquait le jeûne avec assiduité, on pourrait même le considérer comme une sorte de théoricien de cette spécialité ascétique. On rapporte qu’il resta un an sans consommer une seule goutte d’eau . »

Commander : La Chair des anges : Les Phénomènes corporels du mysticisme

Il existe également un film récent autour de l’alimentation pranique, qui défie aujourd’hui toute rationalité biologique  : Lumière (P.A. Straubinger)

One Response to “La chair des ange – la nourriture pranique”

Ecrire un commentaire

Propulsé par WordPress · Design par Theme Junkie