Isis, l’Éternelle

Une page proposées par  Florence Quentin

Quel est le point commun entre Cléopâtre, l’empereur romain Hadrien, le philosophe Plutarque, la Vierge Noire de Notre-Dame du Puy, Cagliostro, Robespierre, Bonaparte, Goethe, Novalis, Nerval ou encore Nietzsche ?

Une déesse égyptienne aux multiples métamorphoses : Isis.

 51n+w+A0gML._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA300_SH20_OU08_

Depuis l’ancestrale déesse Asèt (son nom égyptien que les Grecs transcrivirent en Isis), cette fresque historique montre la pérennité d’un mythe qui a hanté non seulement l’imaginaire antique, des rives du Nil jusqu’aux confins de l’Empire romain, mais aussi celui des Modernes. C’est ainsi qu’on retrouve la déesse préférée des pharaons sous les traits à peine masqués de Vierges romanes, puis dans la  franc-maçonnerie et les fêtes de la Révolution, sur le bateau des armoiries de Paris,  dans les multiples évocations de « l’Isis voilée » du romantisme et dans les fantasmes contemporains  d’une égyptomanie qui n’a pas dit son dernier mot .

Adossé à des références historiques, archéologiques et littéraires solides, cet ouvrage nous montre à quel point nous sommes encore imprégnés de cette figure idéale de la Femme salvatrice, née il y a cinq mille ans.

Commander : Isis l’Eternelle : Biographie d’un mythe féminin

Ecrire un commentaire

Propulsé par WordPress · Design par Theme Junkie